Les Magiques Petits Tambours découvrent l’Afrique de l’Ouest : Retour sur un séjour inoubliable

Article : Les Magiques Petits Tambours découvrent l’Afrique de l’Ouest : Retour sur un séjour inoubliable
Crédit:
2 avril 2016

Les Magiques Petits Tambours découvrent l’Afrique de l’Ouest : Retour sur un séjour inoubliable

C’est dans une atmosphère conviviale que s’est achevée la troisième édition du Festival International de Pâques pour Rêves d’Enfants (FIPRE), le lundi 28 mars 2016. Cet événement jeune public qui donne depuis quelques années la joie aux touts petits, tout en leur permettant d’apprendre les uns auprès des autres a accueilli au cours de cette édition plus d’une dizaine d’artistes et compagnies culturelles de renommée internationale, issues de l’Europe et de la sous région Ouest africaine.

Le dernier show offert par les Magiques Petits Tambours à Heden Golf Hôtel d'Abidjan, à un public qui en demandait de plus en plus. Crédit photo : Magloire Zoro
Le dernier show offert par les Magiques Petits Tambours à Heden Golf Hôtel d’Abidjan, à un public qui en demandait de plus en plus. Crédit photo : Magloire Zoro

En dépit de certaines défaillances organisationnelles, dans l’ensemble, les festivaliers ont tiré le maximum de profit de cette occasion, et n’ont pas boudé leurs besoins respectifs de partage d’expériences. Parmi eux, un groupe d’enfants a fait vibrer le jeune public, qui a tout de suite adhéré à la déambulation magique et percussive.

Les Magiques Petits Tambours, les plus jeunes festivaliers débutent une aventure unique

Malaury, la benjamine du groupe, aura 10 ans ce 08 avril. Crédit photo : Magloire Zoro
Malaury, la benjamine du groupe, aura 10 ans ce 08 avril. Crédit photo : Magloire Zoro

Non seulement, la plupart de ces enfants prenaient l’avion pour la première fois, mais en plus, ils étaient nombreux à découvrir à travers ce voyage, un continent qui, jusque là, leur était inconnu. Minutieusement préparé des mains de maître par le responsable de l’équipe, Mouhss ainsi que ses collaborateurs – avec l’appui des autorités de la ville de Valence, en France, ce rêve pris forme dans la nuit du 23 mars 2016, lorsque les Magiques Petits Tambours déposent leurs valises et tambours au bord de la lagune Ébrié. Ils affrontaient du coup les réalités propres à ce nouvel environnement, en s’accommodant à celles qui auraient pu les détourner de leur principal objectif.

Pour Mouhss KARTAF, les Magiques Petits Tambours, ce n’est pas que du spectacle

En effet, au cours d’un bref échange que nous avons eu, il révèle que l’esprit au sein de l’équipe des Magiques Petits Tambours va au-delà de ce que l’on peut croire. « En venant ici, l’idée pour nous, c’est d’aller au contact des populations, de nous fondre aux populations, surtout les plus défavorisées, en leur apportant ce que nous savons et ce que nous avons de symbolique. C’est aussi une façon d’ouvrir les yeux aux enfants qui composent ce groupe artistique sur certaines réalités qui existent en dehors de l’Europe. » Dit-il avec une ferme conviction.

L’objectif visé par ces artistes est si pertinent et louable que, malgré la période scolaire, les différents chefs d’établissement d’où sont issus les Magiques Petits Tambours n’ont ménagé aucun effort en vue de favoriser cette absence de la ville de Valence pendant une dizaine de jours. En principe, ce n’est pas évident. Mieux, cette détermination à participer au FIPRE 2016 est à saluer d’autant plus que l’attentat terroriste ayant frappé la ville de Bassam quelques jours plutôt n’a pas suffi pour mettre en déroute ce noble projet.

Les activités en marge du FIPRE 2016

Une petite pause au marché des objets d'arts de Cocody. Crédit photo : Magloire Zoro
Une petite pause au marché des objets d’arts de Cocody. Crédit photo : Magloire Zoro

Après avoir assuré au public l’un des spectacles les plus suivis au cours du festival tenu les 26, 27 et 28 mars 2016, la dynamique équipe dirigeante de la délégation des Magiques Petits Tambours à Abidjan – composée de Mouhss, Mireille et Anne, a rapidement déroulé un agenda riche à la fois en découvertes et actions caritatives.

La première journée fut marquée par des emplettes au marché des objets d’art de Cocody,  une balade lagunaire, suivie de la visite d’un marché de pêcheurs situé à « Abobo Doumé », une commune sociale en bordure de lagune.

En route pour la balade lagunaire. Crédit photo : Magloire Zoro
En route pour la balade lagunaire. Crédit photo : Magloire Zoro

Ce jour là, la soirée a connue une ambiance particulière avec la célébration de l’anniversaire de Meggy, qui, du haut de ses 15 ans, représentait à Abidjan, l’aînée des Magiques Petits Tambours. Comme quoi, nous avions là affaire à une solide équipe reposant sur des valeurs de solidarité, de fraternité et de complémentarité.

Balade écologique au cœur de la forêt du Banco. Crédit photo : Magloire Zoro
Balade écologique au cœur de la forêt du Banco. Crédit photo : Magloire Zoro

Quant à la deuxième journée, elle a plutôt donné l’occasion au groupe ainsi qu’à certains festivaliers de découvrir l’un des plus importants patrimoines écologiques de la Côte d’Ivoire qu’est le parc national du Banco, une forêt primaire de 3.474 hectares située en plein cœur d’Abidjan (le poumon vert d’Abidjan). Cette balade écologique riche en découverte s’est soldée par la distribution de symboliques fournitures scolaires à quelques enfants vivants dans le seul village de  neuf familles noyé dans cette forêt.

Les Magiques Petits Tambours font des heureux dans un village situé en plein cœur de la forêt du Banco, et peu connu des populations. Crédit photo : Magloire Zoro
Les Magiques Petits Tambours font des heureux dans un village situé en plein cœur de la forêt du Banco, et peu connu des populations. Crédit photo : Magloire Zoro

La troisième journée a débutée au pas de course, par un moment d’échanges culturels au centre de formation artistique « Krimbo » , sis à Abobo, une commune populaire d’Abidjan.

Mouhss s'entretenant avec les enfants du centre artistique "Krimbo". Crédit photo : Magloire Zoro
Mouhss s’entretenant avec les enfants du centre artistique « Krimbo ». Crédit photo : Magloire Zoro

Créé dans le but d’aider les enfants orphelins, démunis et enfants de la rue, ce centre vit grâce à la pure danse traditionnelle, à la peinture, aux contes et tricotages afro contemporains. Avant de quitter ce jeune établissement culturel, les Magiques Petits Tambours ont fait encore une fois parler leur cœur en offrant à leurs hôtes un lot d’effets vestimentaires et scolaires. Quel bel exemple d’humanisme !

Une vue des présents offerts aux enfants du centre artistique "Krimbo". Crédit photo : Magloire Zoro
Une vue des présents offerts aux enfants du centre artistique « Krimbo ». Crédit photo : Magloire Zoro

Et vint le moment de se préparer pour le vol retour

A l’issue de ce court séjour, l’ambiance de fête qui prévalait durant le festival à laissé place à une ambiance des préparatifs du départ avec un arrière goût plutôt amère : la joie de partir pour rejoindre la famille, reprendre les cours, profiter du climat beaucoup plus clément, mais, difficile de quitter ce pays chaleureux, cette ville dont les rues devenaient de plus en plus familières. Encore plus dur de s’éloigner de ces personnes dont on commençait à s’attacher ! Mais bon, ainsi va l’aventure ! Je partage avec vous le ressenti qui habitait les uns et les autres à ce moment là :

« Mon ressenti, c’est que je suis triste, beaucoup triste. » Stanissia – «  Mon ressenti, c’est que c’est très triste de quitter les gens. » Malaury – «  Mon ressenti, c’est que c’était trop bien. Je voulais rester pour trois semaines encore. Ici, j’ai rencontré des personnes extraordinaires que je n’oublierai jamais. Vraiment Merci ! » Radia – «  Il faisait trop chaud, mais j’ai beaucoup aimé le voyage ! » Lyna – «  J’ai beaucoup aimé ce voyage. On nous a bien accueillis et pendant le séjour, on s’est amusé tout en travaillant. J’espère qu’on reviendra l’année prochaine. » Mirwan – « Mon ressenti est que j’ai trop aimé ce séjour. J’ai rencontré des personnes extraordinaires que je n’oublierai jamais. Merci ! » Melody – « Je suis triste de partir. » Ikram – « Jai été très surprise à l’arrivée, mais au final, j’ai vécu une aventure inoubliable aux côtés de chaque personne qui nous ont accompagné tout au long de ce voyage et je te remercie pour tout ce que tu nous apporté durant ce voyage. Merci. Bisous. »« …Tout au long de ce voyage, j’ai appris énormément de choses, les cultures, etc. J’ai rencontré des personnes inoubliables, très attachantes, adorables…Côte d’Ivoire 2016 dans mon cœur… » Meggy

A l’aéroport, l’atmosphère était encore plus lourde de tristesse. Chacun essayait de dissimuler ses émotions. Au moment de se dire au revoir les larmes qui perlaient sur certaines joues n’ont pas manqué de traduire le véritable état d’âme de chacun. Instant pénible à affronter. Pourtant, nous sommes tenus d’accepter  la séparation pour savourer les délices des retrouvailles.

M.Z.

Partagez

Commentaires